L’histoire !

Le storytelling du projet BioCoin est incroyable. Tout s’est déroulé de manière fulgurante, mais en partant de bases concrètes. Lancé par la coopérative LavkaLavka, un mouvement de fermiers bio en Russie, le projet trouve ses fondations dans l’évolution et l’esprit de ce réseau.

Boris Akimov en est la figure principale. Co-fondateur de LavkaLavka qui promeut une agriculture naturelle et qui réunit un réseau de plus de 200 fermiers et producteurs, Boris Akimov et ses amis ont réussi à développer une chaîne du même nom avec un restaurant bio réputé au cœur de Moscou, mais aussi un café et des marchés.

Le double objectif est d’une part de faire vivre ou revivre les produits alimentaires (fruits, légumes) disparus et le goût d’une nourriture sans pesticides ; d’autre part de pouvoir soutenir les producteurs locaux en les aidant à se développer à l’aide d’une monnaie numérique dédiée, car les petites structures sont souvent méprisées par les banques classiques. Le but est aussi de privilégier les circuits courts pour éviter les intermédiaires et autres grandes exploitations, voire multinationales. Une monnaie “mondiale” pour des ressources locales !

L’innovation et l’évolution du monde conduisant très prochainement nos sociétés à gérer pratiquement tout via la technologie blockchain, le projet BioCoin anticipe en créant un programme de fidélité pour des partenaires – professionnel, marchand, producteur, fermier bio, etc. – dont les principes, l’éthique et l’action rejoignent l’économie verte. Mais le but est aussi d’ouvrir les bras à tous les entrepreneurs du monde qui, en adoptant le système des BIO, permettront non seulement d’améliorer leur chiffre, mais de participer au mouvement de réconciliation nécessaire avec la planète et nos façons de vivre dans son environnement.

Ces derniers pourront choisir de l’utiliser (accès gratuit) à leur aise. Grâce à cette plate-forme BioCoin, ils peuvent proposer à leurs clients des bonus ou “récompenses” en biocoins (au lieu des remises habituelles), à hauteur de 10 % du montant total réglé à la caisse (au choix entre 5 et 10 %).

L’histoire est dite : le BioCoin (BIO) devient de jour en jour plus populaire en Russie ce qui lui confère une dimension réelle plus proche des gens que tout autre crypto-monnaie (comme le bitcoin, l’ethereum, etc., dont l’utilité reste majoritairement à vocation de s’enrichir).

Il est très symbolique et logique que ce soit une coopérative agricole russe à l’origine de ce mouvement puisque la Russie a toujours été une terre de paysans au sens noble du terme.

Depuis 2014, qui plus est, ce pays interdit toute importation et culture d’OGM… Et en Russie aussi, comme partout, les financements pour investir sont toujours un casse-tête quand on démarre, quand on veut se développer ou se convertir au biologique pour un agriculteur.

Un avenir prometteur

Cette solution, simple et internationale, ne nécessite que de posséder un portefeuille numérique. Chaque fois que vous achetez un produit ou un service auprès de partenaires BioCoin, qui adhèrent à la plate-forme de fidélité, vous recevez automatiquement en retour un bonus en biocoins, dont la valeur augmente au taux de change… que vous ayez réglé vos achats en BIO ou pour moitié ou pas du tout.

L’équation est simple : plus vous achetez de la qualité, bonne pour la planète et pour votre santé, chez des partenaires BioCoin, plus vous augmentez votre pouvoir d’achat. Certains répètent “acheter biologique c’est cher !” (ce qui n’est d’ailleurs pas vrai localement, mais bon). Avec le système BioCoin, les finances reviennent dans le circuit et augmente leur valeur au passage. Tous en profitent : les fermiers locaux peuvent vivre et faire vivre la communauté en créant du lien social par la même occasion, et la qualité devient accessible à tous.

LavkaLavka à travers BioCoin, et grâce aux moyens financiers générés par le BIO, souhaite également investir dans des éco-projets.

L’histoire que LavkaLavka est en train d’écrire porte en elle une valeur à la fois écologique et humaine. Et tout le monde est gagnant, surtout notre avenir commun !

Storytelling complet ici