BioCoin : quand la crypto rejoint l’économie réelle…

Ce 15 février, un article paru sur le site Forklog explique comment la crypto-monnaie BioCoin apporte une connexion entre le développement de la sphère des cryptos et leur utilité dans le champ réel. Un nouveau cycle de l’évolution du monde cryptographique trouve sa place au cœur même de l’économie réelle, et c’est bien ce qui fait son intérêt.

Voici la traduction de l’article (source) :

“BioCoin : le lien avec l’économie réelle offre un nouveau cycle de développement de l’industrie de la crypto”

“La communauté Crypto n’est plus une surprise dans les fluctuations du marché, et la certaine volatilité des actifs cryptographiques est depuis longtemps considérée comme acquise. Avec la vague des ICO qui s’est intensifiée en 2017, cette instabilité n’a fait qu’augmenter. Ensuite, certains projets ont commencé à appliquer de nouvelles méthodes de sélection des investisseurs, d’autres se sont avérés être carrément une fraude et d’autres ont montré des objectifs d’intervention réglementaire. Début 2018, le marché a commencé à montrer des signes de saturation.

.
En dehors du fait que certains ont certainement raté l’occasion de gagner des millions de dollars rapidement et facilement, une nouvelle tendance un peu plus mature s’est formée sur le marché. Des entreprises et des projets travaillent pour inclure leurs marques dans l’économie réelle, en essayant d’apporter l’adoption tant attendue du grand public pour la monnaie crypto. Au lieu d’émettre un énième instrument spéculatif, de tels projets dotent leurs jetons des propriétés et des fonctions des monnaies conventionnelles, tout en préservant les nombreux avantages des jetons…
.

Un nouveau paradigme dans la pratique

La récente récession, marquée pour la plupart des devises crypto, a marqué la fin tant attendue de la “fièvre ICO”. Alors que certains projets ont été incapables de tenir leurs promesses et que d’autres ont simplement disparu avec les fonds investis, les investisseurs et les membres de la communauté ont de plus en plus recherché la stabilité et la sécurité, ce qui était rare dans le cryptosphère. La recherche d’une pièce ou jeton stable, avec tous les avantages de Bitcoin et du stockage utilisable, continue.

.
L’absence presque totale d’une réglementation appropriée des crypto-monnaies est l’une des caractéristiques les plus fréquemment mentionnées à propos des écosystèmes décentralisés. Pour un tel cette caractéristique est un avantage, pour un autre, c’est un inconvénient. Pour cette raison, certains projets ont concentré leurs efforts sur la création d’un jeton, soutenu par une marchandise ou une monnaie, comme Tether ou Oilcoin. D’autres avancent de manière « classique », prenant en charge les jetons avec de l’or, obligeant les utilisateurs à deviner où les lingots sont stockés et dans quelle mesure leurs actifs sont protégés…
.

Cependant, il existe des solutions liées non pas à certains biens ou monnaies, mais à l’ensemble du secteur de l’économie. Au lieu de promettre des profits rapides, leur objectif est de combiner les avantages des crypto-monnaies traditionnelles et de créer une sorte de synergie qui peut apporter des avantages à tous les participants de l’écosystème. Tout indique que cette approche fonctionne vraiment.
.

Un tel projet prend forme avec BioCoin, projet russe créé par un réseau de magasins de la coopérative fermière LavkaLavka. Le réseau lui-même couvre des milliers de fermes, de cafés et de magasins «verts» vous permettant d’acheter des produits biologiques directement auprès des agriculteurs sans quitter la ville. Selon l’équipe du projet, BioCoin bénéficiera aux petites entreprises agroalimentaires qui, dans la situation actuelle, ne peuvent pas rivaliser avec les grandes exploitations en termes de prix et de logistique.
.

BioCoin, en tant que plate-forme, permet aux agriculteurs de lever des fonds pour un nouveau produit et de bénéficier à leurs clients. Grâce au récent partenariat avec RCN, BioCoin permettra également aux petites entreprises de recevoir des prêts, qu’ils ne pourraient pas obtenir via l’intermédiaire des banques et d’autres institutions financières.
.

Des accords de partenariat avec les services de paiement Robocassa et Bitwallet permettront aux utilisateurs de BioCoin de payer en ligne et même d’utiliser des cartes crypto-plastiques [type MasterCard, ndt]. Le réseau de partenaires BioCoin ne cesse de croître, et impacte maintenant l’attitude de la communauté vis-à-vis du jeton (BIO) du projet.
.

Il convient de noter que BioCoin, contrairement à de nombreux autres projets similaires, conduit la procédure de son ICO en pleine conformité avec les lois de la Fédération de Russie. Selon ses créateurs, le projet a reçu tous les permis nécessaires des régulateurs, ce qui fait de ces droits le premier jeton officiellement reconnu dans la juridiction.
.

La campagne dure jusqu’au 18 février, mais le montant récolté s’élève déjà à environ 16 millions de dollars provenant de contributeurs du monde entier. Une autre différence importante est que le jeton du projet était disponible et distribué avant le début de la campagne [et déjà en circulation, notamment chez les fermiers, ndt]. Au lieu de rechercher des fonds uniquement pour le développement – objectif habituel de la plupart des start-up –, la campagne BioCoin vise à élargir la base d’utilisateurs, à renforcer l’écosystème et à injecter des fonds dans les petites entreprises.
.

Un regard sur le futur

Des projets comme BioCoin marque le début d’une nouvelle tendance dans l’industrie crypto. Une saturation du marché par divers ICO où les investisseurs potentiels partaient avec des rêves de s’enrichir du jour au lendemain, se manifeste sous la forme d’un déclin général. Les projets qui ne promettent pas de montagnes en or, mais qui offrent un produit fonctionnel et convivial ne feront que gagner en popularité.”


Un grand merci à Forklog pour ce postulat très clair, qui résume l’approche de BioCoin depuis le début : proposer un outil financier via une blockchain liée à un programme de fidélité, qui soit utile durablement et adapté à l’économie réelle, dans le but notamment de favoriser les éco-activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *